pub
pub

pub

Ce site s'adresse aussi bien aux débutants, étrangers à la pratique de la musculation, qu'à l'athlète confirmé voulant progresser dans ce domaine (anatomie, physiologie...).

Cette préparation a été possible grâce à plusieurs facteurs.

La méthodologie de la préparation annuelle s'est axée sur deux périodes distinctes. La première consiste en un rééquilibrage de la masse corporelle (diminution du % de masse grasse (graisse), augmentation du % de la masse maigre (muscles)).

Chaque athlète à un poids idéal (le % de masse grasse devant se situé entre 10 et 12 % du poids total).
A défaut, de nombreux athlètes cherchent à augmenter leur poids de corps pour passer dans la catégorie supérieure (en mangeant davantage), pensant à tort que la performance physique sera meilleure en cours de saison. les deux seuls aspects positifs de cette surcharge pondérale seront d'une part, l'augmentation du poids du corps (difficultés à l'adversaire de mobiliser l'athlète en question) et d'autre part, celui de constituer le premier rempart à l'absorption des chocs (lors des chutes ou des contacts avec l'adversaire) par la graisse.
Mais, ces athlètes se sont - ils posés la question si ce gain de poids représente du muscle et/ou de la graisse.
Si c'est de la graisse (par l'alimentation), ce surplus n'aura pas de conséquence sur la puissance, mais contrarie considérablement l'explosivité (engagement, déclenchement de prise).
Sur le plan physique, ne demande - t - on pas aujourd'hui à un lutteur d'être puissant (immobilisation), mais surtout explosif et rapide dans son combat.
Avoir une surcharge pondérale est handicapante pour l'effort.
C'est là qu'intervient la logique. Courir un 100 mètres avec son poids de corps, et un autre dans les mêmes conditions avec un surplus de poids de 2 kilos dans chaque poche. La performance ne sera pas la même.
Malgré toutes les qualités sportives de notre athlète (tacticien, technicien, gros mental), ces performances physiques seront altérées par ce surplus de poids.

Vacances terminées, un mois de physique en salle avec suivi d'un spécialiste de la musculation sera indispensable, avec pour objectif de préparer l'organisme au début de saison.
On constate souvent, pendant le milieu de saison, l'apparition de blessures à répétition et d'organismes fatigués, parce que l'athlète n'a pas été préparé à emmagasiner de telles charges de travail (compétitions, entraînements) pour la saison complète.

La composante diététique est également importante, et devra être gérée minutieusement pendant toute la saison.

Nous terminerons cette introduction par cette mise en garde.
Ne vous laissez pas tenter par les dérives du dopage, car bien que les conséquences positives sur l'organisme soient à courts termes (volume musculaire, euphorie...), on ne connaît jamais les conséquences néfastes à long terme (10 ou 15 ans plus tard), avec l'apparition de leucémies ou autres cancers...

"Ayez le courage de vous lancer dans l'existence, de prendre des risques, de recevoir des coups, en sachant à l'avance que vous allez être exposé au jeu des contraires, réussi - raté, heureux - malheureux, louange et blâme" (Arnaud Dujardins)